Le chant d’offertoire

 

 A - La préparation des dons, « seuil » de la liturgie eucharistique

1 - Un Rite en plusieurs étapes : ce que dit la Présentation Générale du Missel Romain - 

PGMR 73-75 et 139-146 : à télécharger ICI.

2 - Un changement de vocabulaire : de « l’Offertoire » à la « préparation des dons »

L’expression désignant le rite qui fait la jonction entre la liturgie de la Parole et la liturgie eucharistique est désormais la « Préparation des dons ». Elle a remplacé le mot « Offertoire » que l’on retrouve cependant dans la PGMR sous la forme : « Chant d’Offertoire ».

Ce rite relève d’une nécessité pratique : préparer l’autel en vue du renouvellement et de l’actualisation du Mémorial de la Cène. En même temps, il nous fait entrer dans l’action de grâce et la célébration du Christ lui-même

 

La préparation des dons comporte plusieurs moments : la préparation de l’autel, la procession des dons et leur présentation, les prières de bénédiction, la goutte d’eau, la prière du prêtre et le lavement des mains, l’encensement et enfin la prière sur les offrandes qui clôt le rite.

(Photo : communication diocèse de Quimper et Léon)

 

 

 

La préparation des dons n’est vraiment pas une pause passive ni une simple transition ; c’est un temps de préparation pratique et spirituelle : « Notre vie monte pour être unie à Dieu » (Fr. P. Prétot) et qui nous introduit graduellement dans le mouvement de la Prière eucharistique.

                                            Père P-M Perdrix (diocèse de Laval) Voix Nouvelles n°102 - novembre 2016

La procession des offrandes qui ouvre ce rite peut être considérée comme « seuil » ou « porche d’entrée » dans la liturgie eucharistique.

 

3 - Entrer dans une dynamique

Nous sommes passés de l’offertoire à la présentation des dons. La liturgie d’après Vatican II marque davantage la dynamique de la messe, donc ses étapes, avec un véritable temps de préparation des dons comme une première forme d’offrande. Il s’agit d’un ressourcement en Tradition.

« Il prit le pain », c’est le temps de la présentation des dons.

« Il rendit grâce », c’est le temps de prière eucharistique.

« Il rompit le pain », c’est le temps de la fraction.

« Il le leur donna », c’est le temps de la communion.

Prenons le temps de « prendre le pain » pour rentrer progressivement avec toute l’Église dans l’offrande du Christ à son Père.

                                                           Père P-M Perdrix (diocèse de Laval) Voix Nouvelles n°102 - novembre 2016

 

L’Eucharistie : échange de dons

Le pain et le vin sont des dons du Créateur ; ils deviendront par la parole du sacrement et l’œuvre de l’Esprit, corps et sang du Christ que nous offrons par lui, avec lui et en lui au Père dans l’Esprit Saint. Ils nous sont donnés en nourriture comme participation à la vie même du Christ. L’Eucharistie apparaît comme une alliance qui demande la réciprocité.

« Accepte, Seigneur notre Dieu, ce que nous présentons pour cette eucharistie où s’accomplit un admirable échange : en offrant ce que tu nous as donné, puissions-nous te recevoir toi-même ». Oraison sur les offrandes

 

L’Eucharistie et la diaconie

La remise à l’honneur du geste d’apport des dons des fidèles (le produit de la quête), dons destinés au partage avec les plus pauvres rappelle que l’on célèbre l’eucharistie dans la logique d’une vie marquée par la charité concrète et la communion des biens dont l’eucharistie est le signe et le sacrement.

 

4 - Concrètement

 

Pourquoi des dons ? De quels dons s’agit-il ?

Pour célébrer et actualiser le Mémorial de la Cène, il est nécessaire de disposer de ce qu’il faut pour l’Eucharistie, c’est-à-dire le pain et le vin.

On apporte donc pain et vin mais aussi les dons pour les pauvres. En effet le fruit de la quête - les dons en argent, ou des dons au profit des pauvres ou de l’Église - seront portés en même temps que le pain et le vin et déposés « à un endroit approprié » (PGMR 73) hors de la table eucharistique. Il paraît donc souhaitable que la quête soit effectuée avant que ne commence la procession. Elle peut se faire avec un accompagnement d’orgue.

L’apport d’autres types de dons doit rester exceptionnel. Il est justifié dans le cadre de certaines fêtes, les pardons par exemple, mais pas des décorations, des choses qui ne serviront pas directement à l'eucharistie. Ce moment n'est pas celui qui sert à "monter un décor".

 

 


Qui les apporte ?

Ce sont les fidèles qui les apportent. Tout baptisé peut donc être sollicité pour participer à cette procession. Lors d’un baptême d’adultes, les nouveaux baptisés seront tout désignés. Il en va de même pour les confirmés lors d’une confirmation. Dans les célébrations dominicales habituelles, on évitera que cette procession soit réservée exclusivement aux servant(e)s d’autel ou à des enfants même si c’est un moyen de les associer à la célébration. (Photo : communication diocèse de Quimper et Léon)

 

Pourquoi en procession ?

Elle est l’action de s’avancer avec solennité pour rendre hommage à Dieu ; elle est le symbole de la progression de l’homme vers Dieu.

La procession des dons, s’avançant du fond de l’église, fait entrer l’assemblée dans le merveilleux échange de l’eucharistie : l’homme apporte à Dieu les dons qu’il a reçus de Lui (le pain et le vin) pour recevoir de Lui, à la communion ce même don divinisé. La procession rappelle que le pain nous est donné pour la route, que marcher ensemble réalise déjà la communion ; en outre elle offre un espace et un temps pour nous préparer à recevoir le Christ, don de Dieu. S. Kerrien sur le site internet « Liturgie catholique ».

N.B. Une procession se prépare.

Le rythme doit être mesuré, ni trop lent, ni trop rapide, pour que l’ensemble soit harmonieux. Il faut que les participants sachent à quel endroit se réunir et ce qu’ils doivent faire. A l’issue de la procession, ils s’attendent mutuellement pour saluer l’autel et se retirer en bon ordre.

B- Comment associer l’assemblée tout entière à ce rite ?

 

Comment l’assemblée peut-elle accompagner par la voix et la musique la présentation des dons ?

Deux possibilités sont offertes : le chant d’offertoire (PGMR 74) ou la musique d’orgue (PGMR 142).

Voici les suggestions inspirées du SNPLS (Service National de la Pastorale Liturgique et Sacramentelle), sur le site « Liturgie catholique » :

  •  › L’orgue et/ou d’autres instruments peuvent jouer une courte pièce de répertoire ou improviser en fonction de la durée de l’action.
  •   Des chanteurs (chorale ou solistes) peuvent donner de courtes pièces (en français, en latin,... en breton) dont le contenu textuel commente la thématique du rite d’offrande des dons et de « l’offrande collective » (la quête). Si l’action n’est pas terminée en même temps que le chant et  demande un prolongement, l’orgue et/ou autre instrument complèteront autant que nécessaire.
  •  › L’assemblée peut chanter un chant approprié (cantique, tropaire, hymne, psaume, canon…) en alternance ou conjointement avec le chantre (ou la chorale). Ce chant sera choisi dans le souci de coller au mieux à la durée nécessaire aux rites. Comme ci-dessus : le contenu textuel  commente la thématique du rite d’offrande des dons et de « l’offrande collective ». Cependant, il faudra veiller à ne pas systématiser l’usage d’un chant d’offrande par l’assemblée.

En clair : des chants spécifiques

 

1 - le texte du chant doit être en connexion étroite avec le sens de l’action liturgique en cours, telle qu’elle est présentée par l’Église : « Voici le pain, voici le vin... »

a) Au moment de la préparation des dons, il ne convient donc pas, de chanter sa propre offrande au Christ. Notre offrande, avec toute l’assemblée, se réalise au cœur de la prière eucharistique. C’est là que nous devenons nous-mêmes « dans le Christ une vivante offrande à la louange de ta [du Père] gloire ». Prière Eucharistique n° IV ou « Que l’Esprit Saint fasse de nous une éternelle offrande à ta gloire...» P.E. n° III.

b) Les textes des chants, à l’image de l’ensemble des prières de la messe, utiliseront le « nous » (offrande collective). Nous t’offrons, nous te présentons…

c) Enfin, on se gardera d’anticiper sur la consécration par des chants d’adoration. En effet, à ce moment du déroulement de la liturgie, il y a sur l’autel seulement du pain et du vin et pas encore le Corps et le Sang du Christ.

d) Notons que des textes bibliques peuvent convenir, et notamment les psaumes :

Ps 99 : Acclamez le Seigneur, terre entière, venez à lui avec des chants de joie.

Ps 23 : Portes, levez vos frontons... qu’il entre le Roi de gloire !

2 - La musique : le processionnal

La préférence lui sera donnée pour accompagner la procession des dons. Par son tempo, il aide à marcher vers l’autel. Un interlude musical entre les couplets d’un chant ou les strophes d’une hymne permet de s’adapter aux étapes de l’action en cours et favorisera l’intériorisation.

 

Texte et musique doivent donc permettre symboliquement à toute l’assemblée de venir jusqu’à l’autel, dans une louange active.

C - Propositions de chants pour une assemblée

 

Voici les pas - B 37-29 -2

Texte : Nicole Berthet CFC / Musique : Philippe Robert in Chantons en Eglise n° 177 ou Signes Musique n° 75

Hymne

Strophe 1 : pendant le processionnal,

Strophe 2 : quand on apporte le pain,

Strophe 3 : quand on apporte le vin,

Strophe 4 : quand le prêtre vient à l’autel.

Unisson et harmonisation à 3 voix qui peut être utilisée comme accompagnement.

 

Tout vient de Dieu, tout est pour Dieu - in Voix Nouvelles 104 Avril 2017

Texte : Didier Rimaud / Musique : Domaine public (Plain-Chant)

Hymne

Dans ce pain, dans ce vin, c’est notre monde et notre vie tout entière qui se préparent à être plongés dans la Pâque de Jésus.

Unisson et proposition d’accompagnement                                                                                                                    

 

Voici rassemblée dans ce pain, dans ce vin - B 52-91-8

Texte : Sr Marie-Pierre Faure CFC / Musique : Annette Cantegril / ADF Musique

Promotion épiscopale 2017

Hymne

 

C’est toute l’Église qui chante sa reconnaissance et son action de grâce vers le Seigneur, lui qui se donne sans mesure.

Nous présentons dans l’Eucharistie le pain et le vin, fruits de notre travail, symboles de nos vies tout entières, en rendant grâce pour les bienfaits reçus de lui : « Tout vient de toi, Seigneur, et tout retourne à toi ».

Unisson et harmonisation à 3 voix qui peut être utilisée comme accompagnement.

[Pour ce chant, il existe d’autres versions musicales avec des cotes légèrement différentes.]

 

Kemerit va Doue - in Muzikou kantikou brezoneg (M.K.B.) p. 125

                              sur l’air de : « Amañ pell diouz an trouz»

Kemerit, va Doue, lodenn eus ar bara...

               Recevez, cette part de notre pain, Qu’il devienne le corps véritable de notre Sauveur.

Kemerit c’hoaz ar gwin, frouez ho madelez...

               Recevez aussi le vin, fruit de votre largesse. Qu’il devienne le sang divin de notre salut.

Unisson et harmonisation ou accompagnement de A.Goasdoué

 

PLS - CDML Quimper et Léon 2022

 

Pour accéder aux partitions et mp3, cliquez ICI et entrez le mot de passe habituel (ou demandez-le à liturgie@diocese-quimper.fr).

 

Bibliographie :

Présentation Générale du Missel Romain 2002

M. Steinmetz : Entrer en liturgie – 1 - Découvrir la messe Mame-Desclée 2014

Ph. Robert : Chanter la messe - Bayard 2016

Articles de Voix Nouvelles, Signes et Chantons en Eglise

En complément, vous pouvez ré-écouter cette émission de RCF Finistère, présentée par Yvon Gargam avec le père Sébastien Guiziou.