Le temps pascal

 

 Le temps pascal commence le dimanche de la Résurrection du Seigneur, le dimanche de Pâques et se déploie sur huit dimanches ; ce sont donc cinquante jours pour fêter le Ressuscité jusqu’à la Pentecôte où l’Esprit nous sera donné. Au quarantième jour, la fête de l’Ascension clôt la mission de Jésus sur terre.

 

La première semaine est appelée l’octave de Pâques. Aux premiers temps de l’Eglise, les catéchumènes baptisés dans la nuit de Pâques assistaient à des catéchèses mystagogiques assurées par l’évêque du lieu. Depuis l’an 2000 et à la demande de Saint Jean-Paul II, le dimanche qui suit cette semaine est le dimanche de la divine miséricorde.

 

Tous les dimanches du temps pascal sont considérés comme des dimanches « de » Pâques et non des dimanches « après » Pâques ; nous vivons intensément le mystère pascal dans ce temps particulier. Saint Athanase d’Alexandrie disait que c’était comme un unique jour de fête, « un grand dimanche ».

 

Les évangiles de ces dimanches évoquent la présence du Christ ressuscité. Différents symboles se retrouvent au long de ces dimanches :

 

Le cierge pascal, symbole du Christ ressuscité, Christ qui nous fait passer des ténèbres à la lumière. On le retrouve aussi lors des baptêmes et des funérailles : lors des passages de la mort à la vie.

 

L’aspersion est faite au moment de la préparation pénitentielle, en mémoire du baptême.

 

Le chant de l’Alléluia, l’Alléluia de Pâques, qui retentit de nouveau. A la fin de la messe le diacre nous envoie « dans la paix du Christ, Alléluia, Alléluia ! ».

 

Bien entendu, la couleur liturgique est le blanc, couleur de la résurrection et des nouveaux baptisés.