2/ Le baptistère

Eglise de Daoulas
Eglise de Daoulas

Le baptistère (fonts baptismaux) est placé traditionnellement à l'entrée de l'église, au fond de celle-ci (côté nord). Cet espace, de taille souvent réduite, comporte une cuve ou vasque de granit ou de marbre, en forme de coupe. Dans certaines églises, il est surmonté d’un baldaquin. On peut trouver, à proximité, un bas-relief représentant le baptême de Jésus par Jean-Baptiste

Il est, normalement, le cadre du baptême, premier sacrement de l'initiation chrétienne qui introduit la personne : bébé, enfant, adulte dans la communauté chrétienne.

Au cours des siècles,

 

Les lieux du baptême ont évolué

- Jean baptisait dans le Jourdain

- Puis on a construit dans le sol des bassins pour y plonger le futur baptisé qui y descendait d'un côté pour en remonter de l'autre, afin de signifier clairement le passage par lequel il s'engageait à la suite du Christ. Souvent en forme de croix ou lobé (à découpures arrondies), toujours en contrebas, il était le lieu où s'accomplissait la mort et la résurrection de l'homme nouveau.

La manière de procéder au baptême a aussi varié.

Du grand air et de la nature, on est passé à des bâtiments liés aux grandes basiliques (St Jean de Latran à Rome ou à Poitiers). Le geste baptismal se déroulait hors de la vue de la communauté pour respecter la pudeur et le mystère de la grâce divine. Lorsque l'évêque, aidé des diacres ou de diaconesses, avait accompli le sacrement, il amenait le néophyte pour l'eucharistie dans l'assemblée qui avait attendu, en priant et en chantant des psaumes, l'intégration d'un nouveau frère ou d’une nouvelle sœur.

Eglise de Lampaul-Guimillau
Eglise de Lampaul-Guimillau

A partir du Moyen-Âge, le baptême est devenu une affaire privée, purement familiale. Il ne marquait pas la conversion mais l'appartenance à un groupe social. La dimension ecclésiale avait disparu. On installait donc la cuve dans une chapelle latérale vers l'entrée de l'église, où la famille avait l’espace nécessaire.

Dans un passé récent, les fonts baptismaux ont pu être déplacés (près du chœur, au milieu de la nef...).

Dans d’autres paroisses, qui ont fait le choix de vasques mobiles, le baptistère est souvent devenu un lieu négligé, dans lequel on remise des objets divers (chaises, panneaux …) ou des plantes vertes. C’est peu respecter cet espace hautement liturgique où tant de chrétiens avaient reçu la grâce du baptême.

 L’eau du baptême

Pour la célébration du baptême, la cuve est remplie d’eau que le célébrant bénit. Elle est symbole de la vie, pour l’homme et la terre.

L’eau est partout nécessaire : A l'embryon qui baigne pendant des mois dans l'eau maternelle (les eaux, le liquide amniotique), à nos corps composés d'eau, à l'épanouissement de la végétation, à l'irrigation des terres, à la purification des objets et des corps, à l'étanchement de la soif ... Une planète sans eau est une planète morte. L’eau est signe de vie.

 

L’eau bénie par le prêtre ou le diacre lors d’un baptême est fécondée par l’Esprit, l’eau ne se distingue pas de lui : elle devient son symbole privilégié. Elle reçoit cette consé­cration lors du baptême de Jésus dans le Jourdain, devenant cette « eau vive » qui est le « Don de Dieu », c’est-à-dire l’Esprit (Jn 4, 10), seul capable de « jaillir en vie éternelle », lui qui est au cœur de la vie trinitaire (Jn 4, 14).

 

Par cette bénédiction, elle devient l’eau du passage de la mort à la vie nouvelle donnée en Christ.

Elle ravive en nous les effets de notre baptême par l’aspersion sacramentelle lors de la messe dominicale comme sur le corps du défunt lors des funérailles chrétiennes.

 

Eglise Saint Guénolé de Concarneau
Eglise Saint Guénolé de Concarneau

 

La variété des rituels de baptême :

 

On distingue différentes traditions

- le baptême par immersion : la personne entre dans l'eau, soit la tête, soit jusqu'aux genoux, soit totalement.

- le baptême par ablution : l'eau est versée par 3 fois sur la tête inclinée de la personne.

       

La forme du baptême diffère selon les Églises : Aujourd'hui,

L'Église catholique pratique essentiellement le baptême par ablution mais le baptême par immersion existe aussi.

Les Églises orthodoxes préfèrent le baptême par immersion, totale ou partielle - le néophyte entre dans l'eau jusqu'aux genoux, puis on lui verse de l'eau sur la tête.

Les Églises protestantes traditionnelles pratiquent les deux formes.

Les Églises chrétiennes évangéliques (baptisme ou pentecôtisme) pratiquent uniquement le baptême par immersion (qui symbolise la nouvelle naissance).

 

Dans l’Église catholique, il existe 3 rituels :

- un rituel pour les adultes.

-  un rituel pour les petits enfants,

- un pour les enfants en âge scolaire,

 

Pour les adultes, le rituel du baptême consiste en un itinéraire comportant 3 étapes : l’entrée en catéchuménat, l’appel décisif  et les sacrements de l’initiation (baptême, confirmation, eucharistie).

 

La célébration du baptême des petits enfants est une liturgie non statique, marquée par des déplacements entre plusieurs pôles de l’église :

L’accueil a lieu à la porte de l’église, signe visible de l’Église véritable, Corps du Christ, constituée de pierres vivantes.

La lecture de la Parole de Dieu peut se faire à l’ambon ou près du baptistère.

Les rites du sacrement - souvent par effusion - l’onction, la remise du vêtement blanc puis du cierge se déroulent au baptistère

La conclusion  se fait auprès de l’autel.

Comment mieux faire comprendre que le baptême met en route sur les chemins de la foi, qu’en se mettant physiquement en chemin pour rejoindre les lieux où la grâce est donnée ?

 

 

CONSEILS PRATIQUES

 Le baptistère est-il dans un lieu désencombré d’objets divers (chaises, plantes vertes, panneaux, ) ? Si c’est une vasque mobile, veillez à éviter les bassines en cuivre, type confiturier, qui sont des objets peu liturgiques.

 


 

Baptisé dans la lumière de Jésus… Dieu te prend par la main, tu es son enfant bien-aimé (I297)

 


Téléchargez cette page en pdf en cliquant ci-dessous :

Télécharger
Les espaces liturgiques : le baptistère
2 Espaces liturgiques - Dans les églises
Document Adobe Acrobat 412.6 KB