LA PENTECÔTE

 

Le mot "Pentecôte" veut dire cinquantième. La Pentecôte chrétienne est célébrée 50 jours après la Résurrection, c’est-à-dire le passage du Christ de la mort à la vie. Cette fête, qui s’inscrit dans la liturgie vers le IVe Siècle, clôt le temps pascal.

Le Livre des Actes des apôtres (2,1-13) rapporte l’événement qui s’est passé au Cénacle à Jérusalem, en l’an 30 ou 33 de notre ère. Le « bruit » venu du ciel, le "violent coup de vent" symbolisent la présence de Dieu et sont une des manifestations de la venue de l’Esprit. Les langues de feu qui se posent sur la tête des apôtres annoncent la descente sur eux de l’Esprit de Dieu. Elles expriment le don fait à chacun d’eux pour qu’ils annoncent, avec une langue de feu, l’Évangile à tous les hommes... On peut y voir une réponse à l’épisode de la Tour de Babel : les peuples divisés se retrouvent ainsi unis lors des manifestations de la venue de l’Esprit. Le don de l’Esprit Saint inaugure le temps de l’Église ouverte à tous les peuples.


LA VIGILE DE PENTECÔTE

La Vigile de Pentecôte est la messe de la veille au soir, le samedi

(mais ce n'est pas une messe anticipée de la Pentecôte ! C'est bien une Vigile.)

Dans cette célébration dont la forme suit celle de la vigile pascale, il est proposé quatre lectures de l'ancien testament qui aident à saisir les divers aspects du mystère de la venue de l'Esprit sur les apôtres au jour de la Pentecôte.


LA SÉQUENCE DE PENTECÔTE

Le jour de la Pentecôte, la séquence est chantée avant l’Alléluia.

Veni, Sancte Spiritus,
Et emitte caelitus
Lucis Tuae radium.

Veni, Pater pauperum,
Veni, dator munerum,
Veni, lumen cordium.

Consolator optime,
Dulcis hospes animae,
Dulce refrigerium.

In labore requies,
In aestu temperies,
In fletu solatium.

O lux beatissima,
Reple cordis intima
Tuorum fidelium.

Sine Tuo numine,
Nihil est in homine,
Nihil est innoxium.

Lava quod est sordidum,
Riga quod est aridum,
Sana quod est saucium.

Flecte quod est rigidum,
Fove quod est frigidum,
Rege quod est devium.

Da Tuis fidelibus,
In Te confidentibus,
Sacrum septenarium.

Da virtutis meritum
Da salutis exitum,
Da perenne gaudium.

Amen. Alleluia.

Viens, Esprit Saint, en nos cœurs,
et envoie du haut du ciel
un rayon de ta lumière.

Viens en nous, père des pauvres,
viens, dispensateur des dons,
viens, lumière de nos cœurs.

Consolateur souverain,
hôte très doux de nos âmes,
adoucissante fraîcheur.

Dans le labeur, le repos ;
dans la fièvre, la fraîcheur ;
dans les pleurs, le réconfort.

Ô lumière bienheureuse,
viens remplir jusqu’à l’intime
le cœur de tous tes fidèles.

Sans ta puissance divine,
il n’est rien en aucun homme,
rien qui ne soit perverti.

Lave ce qui est souillé,
baigne ce qui est aride,
guéris ce qui est blessé.

Assouplis ce qui est raide,
réchauffe ce qui est froid,
redresse ce qui est dévié.

À tous ceux qui ont la foi
et qui en toi se confient,
donne tes sept dons sacrés.

Donne vertu et mérite,
donne le salut final,
donne la joie éternelle.

Amen. Alléluia.