Nos voix s'élèvent

T.et M. Fr Jean-Baptiste  ocd                                         Édition du Carmel

 

Le texte :  les 6 couplets développent chacun un thème spécifique. L’ensemble constitue un véritable chemin pour aller au cœur de la foi.

 

La musique : elle est de la forme refrain- couplets. L’écriture « mesurée » des couplets  avec une rythmique imposée rassurer les chantres animateurs. L’ambitus du chant s’étend du do grave au aigu , ce qui convient aux possibilités vocales de la plupart des assemblées.

 

Utilisation liturgique : Il peut être chanté à plusieurs reprises aux messes :

- du Temps pascal (couplet 5 ) ; de la Pentecôte ; de la Sainte Trinité ( couplets 1 et 6 ) ; du Saint sacrement ( couplet 2) ; du Sacré-Cœur de Jésus (couplet 3) ; du 15 août , Assomption de la Vierge Marie (couplet 5), des fêtes paroissiales, des pardons et pèlerinages locaux.

 

Lors de ces messes, il pourra être choisi comme chant d’entrée ou comme chant après la communion. Dans tous les cas, il serait souhaitable de toujours terminer par le sixième et dernier couplet en forme de doxologie. La coda (Jubilate, psallite Deo) est facultative et peut être répétée plusieurs fois.

 

Par ailleurs le texte du refrain et des couplets 1 et 6 pourra trouver sa place lors de la célébration d’un mariage.


Partez, messagers de la fête

(T10-50-5)

Promotion épiscopale 2014 (sauf strophe 6) 

Auteur : Sr Marie-Pierre (CFC)           Compositeur : Marcel Godard

Editions Jubilus Vn

 

Le texte : Cette hymne est un envoi en mission, à la suite du Christ. Le texte  parcourt l’Écriture, citant la Genèse, l’Évangile de Luc et l’Apocalypse : Par sa structure hymnique (absence de refrain) «  elle ne nous fait pas retourner sur nos pas. Mais elle nous guide sur un chemin à parcourir jusqu’au bout, là où l’Esprit veut nous emmener ». (Préface des Hymnes nouvelles pour la Liturgie, Sanctoral et Commun).

 

La musique de Marcel Godard épouse le souffle missionnaire de cette hymne strophique. Le départ de la première phrase (en anacrouse) permet de donner de l’élan à la course, tout en s’appuyant sur la tonique du premier temps, nous installant ainsi dans une certaine stabilité, source de confiance. Le rythme en triolet de cette première phrase nous invite à nous mettre en mouvement. Les quatre phrases musicales suivantes figurent une marche tranquille.

On prendra soin de chanter cette hymne en lien avec son souffle comme une invitation à accueillir l’Esprit Saint en nous, indispensable à la mission.

 

Usage liturgique

Emprunté au répertoire des Hymnes de la Liturgie des heures (commun des Apôtres) ce chant conviendra en paroisse pour un envoi à la fin des messes du temps de la Pentecôte. On pourra varier les couplets selon les dimanches.


Laissons-nous transformer par la lumière

(N 47-99)                                       Promotion épiscopale 2004

 

T.: Bénédictines du S.C. de Montmartre

Compositeur : G.-F. Dainville                        Editions Jubilus Vn

 

 

Le texte invite à un déplacement dans  sa foi, à se laisser façonner par la lumière du Christ ressuscité.

 

Les couplets mettent l’accent sur l’action de l’Esprit Saint et nous invitent à l’anamnèse d’un bienfait de la présence de l’Esprit en nous. L’expression « Goûtez et voyez comme est bon le Seigneur » est empruntée au Ps 33  

 

La musique : le refrain dessine une belle mélodie qu’une grande assemblée s’appropriera aisément. Le rythme à trois temps donne un mouvement que l’on veillera à garder allant pour servir le texte .

 

Veiller à une mise en œuvre fluide jusqu’à la fin des couplets.

 

Usage liturgique : lien évident avec les sacrements de l’initiation : baptême, confirmation, eucharistie. Ce chant trouvera sa place dans les célébrations – eucharistiques ou pas- tout au long du temps pascal et plus particulièrement au moment de la Pentecôte. Mais son usage pourra être plus large, car l’invitation à se laisser transformer par le Christ est constante.

 


Notre Père

(AL 72-62 Messe du Royaume)                              

Promotion épiscopale 2018

 

Auteur AELF

Compositeur : Grégory Notebaert

Editions Jubilus Vn